Cité néolithique Çatal Höyük

Çatal Höyük est situé en Anatolie (Turquie), c'est l'un des plus grands sites du Néolithique du Proche-Orient. Fondé au milieu du VIIIe millénaire av. J.-C, il couvre une superficie d'environ 13 ha.

Çatal Höyük est un site archéologique de Turquie. Situé en Anatolie centrale, dans la plaine de Konya, sur les bords de la rivière Çarşamba, c'est l'un des plus grands sites du Néolithique du Proche-Orient. Fondé vers le milieu du VIIIe millénaire av. J.-C., il atteint son extension maximale entre le milieu du VIIe et le début du VIe millénaire av. J.-C. et couvre une superficie d'environ 13 ha. Sa population est alors estimée à plusieurs milliers de personnes.

Çatal Höyük se situe dans la plaine de Konya au sud du plateau anatolien, caractérisé par un paysage très plat et quasiment dépourvu d'arbres mais intensément cultivé. Les principales montagnes visibles du site et situées à 40 km au sud et à l'est sont le Karadağ, le Karaca Dağ et le mont Hasan. Il y a 25 000 ans, la plaine de Konya était un lac qui s'est asséché et scindés en petits lacs entre 13 000 et 11 500 av. J.-C. Malgré leur présence, la plaine demeurait froide, sèche et inhospitalière. Autour de 9500 av. J.-C., le climat s'est progressivement réchauffé et est devenu plus humide. Ces conditions, très favorables au développement de l'agriculture, se sont maintenues avec quelques variations jusqu'à l'époque actuelle.

Le peuplement de la région à la fin de la Préhistoire est connu grâce à différentes campagnes de prospections. La phase néolithique précédant le développement de la céramique, avant 7000 av. J.-C., est documentée par 7 sites, dont Boncuklu, tell qui précède Çatal Höyük et qui en est distant de seulement 7 km. Il présente d'ailleurs de nombreuses caractéristiques et symboliques qui se retrouveront par la suite dans ce dernier . Seulement deux sites sont attribués à la phase néolithique postérieure à l'invention de la céramique, entre 7000 et 6000 av. J.-C., alors qu'il s'agit de la phase principale de développement de Çatal Höyük. En outre, un de ces sites, Pınarbaşı, est un abri sous roche occupé sans doute de manière temporaire peut-être par des pasteurs et des pêcheurs venus de Çatal Höyük. On suppose donc que ce village est issu de l'agglutination rapide de différentes communautés vivant dans la plaine, ce qui explique le vide relatif de cette dernière. Un argument qui appuie cette hypothèse est l'évolution de la démographie durant le Chalcolithique, à partir de 6000 av. J.-C. : alors que le site connaît un déclin de sa population, on compte 20 autres villages dans la plaine, ce qui indique une plus grande dispersion de la population.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top