Palais Maya de Palenque

Le complexe connu sous le nom de «Palais» est le plus grand de Palenque. Le Palais est en fait un agrégat de souterrains, de patios, de galeries et d'édifices traditionnellement appelés «Maisons».

Situé sur une plate-forme de base trapézoïdale, le complexe connu sous le nom de «Palais» est le plus grand de Palenque.

Les archéologues ne s'accordent pas sur sa destination: bien que certains, comme son nom peut le laisser penser, le considèrent comme un ensemble résidentiel, d'autres pensent plutôt qu'il s'agit d'un complexe administratif ou de bâtiments à vocation cérémonielle. On y accède par de grands escaliers au nord, à l'est et à l'ouest. Le Palais est en fait un agrégat de souterrains, de patios, de galeries et d'édifices traditionnellement appelés «Maisons», chacune étant affectée d'une lettre par les archéologues.

La plus grande partie des bâtiments fut construite sous le règne de K'inich Janaab' Pakal I. La partie la plus ancienne est constituée de galeries enterrées appelées «souterrains». On ne sait trop si elles existaient avant le règne de Pakal et ont été ensevelies sous les constructions ultérieures ou si elles ont été conçues par Pakal.
Consacrée en 654, la Maison E, la première de celles visibles actuellement, se situe au cœur du complexe. C'était la salle du trône. Sur le mur du fond se trouve un panneau connu sous le nom de «Tablette ovale». Elle représente Pakal et sa mère Dame Sak K'uk qui lui remet une coiffure - connue sous le vocable anglais de «drum major» - lors de son accession au trône. Sous la Tablette ovale se trouvait le trône soutenu par des bacabs.
Actuellement fort endommagé, on en conserve cependant une vue sur une gravure de 1787, lorsqu'il était encore intact. La Maison E se distingue des autres bâtiments à plus d'un égard. Des panneaux de pierre au niveau de la moulure médiane évoquent le chaume d'une hutte maya traditionnelle. Le bâtiment n'est pas couronné d'une crête faîtière et contrairement à la plupart des bâtiments peints en rouge, il était blanc. Son nom maya est d'ailleurs Sak nuk naah («grande maison blanche»). Sa façade était décorée de médaillons peints en bleu et en orange. Les ouvertures dans les murs ont la forme du glyphe «ik'», qui signifie «souffle», «vent».

Immédiatement au nord de la Maison E, Pakal fit construire la Maison C, consacrée en 661. De chaque côté de l'escalier qui y conduit depuis la Cour est, se trouvent des panneaux représentant des prisonniers. Il s'agit de nobles de Santa Elena, un royaume allié à Calakmul, que Pakal avait défait en 659, et de Pomona. La Maison C commémore cette victoire. Sur son escalier hiéroglyphique, une inscription relate la défaite de Palenque par Calakmul à la fin du VIe siècle. Reconnaître une défaite n'est ici qu'un moyen de souligner la revanche remportée sous le règne de Pakal.

De l'autre côté de la Cour est un escalier mène à la Maison A, consacrée en 668. Ici aussi on trouve des dalles grossièrement sculptées représentant des prisonniers sur un mur incliné. Ces bas-reliefs firent une forte impression sur John Lloyd Stephens lorsqu'il explora le site en 1840: «Ces personnages sont parés de coiffes et de colliers somptueux, mais leur attitude trahit la souffrance et l'affliction. Le dessin et les proportions anatomiques de ces figures sont fautifs, mais il en émane une force d'expression qui témoigne de l'habileté et du talent créateur de l'artiste.». Composé de deux galeries parallèles de 2,30 m de largeur, Les piliers par lesquels le bâtiment s'ouvre vers l'extérieur sont ornés de personnages en stuc représentant sans doute Pakal lui-même. Les personnages assis à ses pieds pourraient être des figures d'ancêtres.

La Maison D délimite le Palais à l'ouest. Son architecture ressemble à celle de la Maison A. Ses sculptures en stuc sont cependant très différentes de celles de cette dernière. Il pourrait s'agir de scènes mythologiques situées à Matwiil, le lieu d'origine mythique de la dynastie de Palenque. Une première version de la Maison A-D, qui ferme l'ensemble vers le nord, daterait également du règne de Pakal. Le deuxième fils de Pakal, K'inich k'an Joy Chitam II, apporta des modifications à cet édifice et y fit installer la «Tablette du Palais», qui le représente entouré de son père et de sa mère. La maison A-D est actuellement en grande partie effondrée.

Le trait le plus distinctif du Palais, un édifice en forme de tour de quatre étages, de base presque carrée (7 m × 7,50 m), a été ajouté à l'ensemble sous le règne de K'inich K'uk Bahlam. Les archéologues pensent qu'il servait d'observatoire. Le dernier étage est une reconstitution.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top