La cité de Chaco Canyon

Les Anasazis succèdent au VIIIe siècle apr. J.-C. aux Basketmakers. Jusqu'à l'invention des gratte-ciels, les maisons du Chaco, dont certaines avaient six étages, étaient les plus hautes structures d'Amérique du Nord.

Chaco Canyon est un ensemble de quelque 3 600 sites archéologiques appartenant à la culture anasazi, situé au sud-ouest des États-Unis dans l'État du Nouveau-Mexique.
Il connut son apogée du IXe au XIIIe siècle de notre ère et fut un carrefour commercial et une place religieuse importante. Il devint monument national américain en 1907 puis National Historical Park.
Aujourd'hui, Chaco Canyon est classé au patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO.

Il représente le plus important site archéologique précolombien au nord du Mexique. Les Chacoans (gentilé - les habitants de Chaco Canyon) ont extrait des blocs de grès et ont transporté du bois sur d’importantes distances afin d’aménager quinze complexes de bâtiments qui restèrent les plus imposants d’Amérique du Nord jusqu’au XIXe siècle.
Les études en archéoastronomie effectuées sur le site, notamment sur le pétroglyphe de la Fajada Butte, ont permis de mieux saisir le degré de connaissances des Anasazis. De nombreuses constructions sont en effet alignées en fonction des cycles solaire et lunaire, ce qui dénote un certain degré d’avancement de cette civilisation pour les observations astronomiques et l'architecture.

Les spécialistes pensent qu’un changement climatique apparu avec une sécheresse en 1130 qui dura 50 ans a provoqué l’émigration des Chacoans et l’abandon de la vallée. Situés dans la région aride et inhospitalière des Four Corners, les sites de Chaco Canyon sont fragilisés par l’érosion et par la fréquentation touristique. Les autorités du parc ont ainsi préféré interdire l’accès de la Fajada Butte au public pour protéger les pétroglyphes. Les actuelles tribus hopis et pueblos considèrent la vallée comme un territoire sacré et perpétuent oralement les récits de leurs ancêtres.

L'histoire du peuple anasazi reste mystérieuse, faute de sources écrites.
Les travaux des archéologues permettent néanmoins d'entrevoir plusieurs phases chronologiques, dont les dates sont approximatives : le sud-ouest des États-Unis a d'abord été occupé par les peuples de la tradition Sohara (vers 5 500 av. J.-C. / vers 400 apr. J.-C.).
Les premiers habitants du bassin de San Juan étaient des chasseurs-cueilleurs de l’époque archaïque, qui descendaient des Paléoindiens nomades de la culture Clovis, apparus dans le Sud-Ouest vers 10 000 av. J.-C..
Vers 900 av. J.-C., les peuples archaïques occupaient plusieurs sites comme celui d’ Atlatl Cave. Ils ont laissé peu de vestiges de leur présence dans le Chaco Canyon lui-même.

Leurs successeurs, les Basketsmakers (les « vanniers », parce qu’ils ne connaissaient pas la poterie), implantés dans ces territoires montagneux et semi-arides quelque temps avant l’ère chrétienne, commencèrent à se sédentariser et à pratiquer l’agriculture dans le canyon dès la fin du Ve siècle apr. J.-C. ; ils occupaient par exemple le Shabik'eshchee Village et d’autres emplacements. Les archéologues ont mis au jour des perles de turquoise et des pendentifs datant du VIe siècle et des céramiques du VIIe siècle. Les kivas étaient déjà utilisées comme lieu de culte, où les Amérindiens déposaient des offrandes. Vers 700, la population du Chaco Canyon devait atteindre 100 à 200 personnes. Le développement des techniques d’architecture, de l’habitat et des pratiques religieuses aboutit progressivement à l’organisation d’une nouvelle culture, celle des Pueblos.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top