Cité Port Maya de Tulum

Ancienne cité maya de Tuluum. Elle se situe au Mexique, le long de la mer des Caraïbes. La fondation de la cité semble remonter à 564. Elle fut un important port de pêche et de commerce utilisé par Cobà.

Tulum ou Tuluum est un site archéologique d’une ancienne cité maya. Il se situe dans la péninsule du Yucatan, dans le sud-est du Mexique (État du Quintana Roo), dans une région appelée la Riviera Maya, le long de la mer des Caraïbes. Le site fait partie depuis 1981 du parc national Tulum.
La cité côtière de Tulum était une forteresse de commerçants alliée à la cité de Mayapan.

La fondation de la cité semble remonter à 564 comme l’indiquent certaines inscriptions. La cité maya de Cobá, dont l’apogée se situe vers 650 utilisait le site de Tulum comme un important port de pêche et peut être aussi de commerce pour les échanges vers d’autres cités de la région. Des artefacts en silex, des poteries de la péninsule du Yucatan, des objets en obsidienne ou en jade du Guatemala et des grelots et anneaux en cuivre du plateau central mexicain, démontrent l’importance de ces échanges. La structure 59 montre également l’empreinte du style de l'époque classique maya.
Mais la majeure partie des vestiges datent de la période postclassique tardive, c'est-à-dire après 1200. Certaines fresques découvertes à l'intérieur des bâtiments laissent suggérer une influence mixtèque.

De récentes analyses tendent à démontrer que Tulum eut un rôle majeur du XIIIe au XIVe siècle. L’archéologue Ernesto Vargas a montré que la cité se trouvait stratégiquement placée entre les provinces (kuchkabaloob) de Cochuah et Cozumel, ce qui, si on ajoute son édification sur le point le plus élevé de la Côte et son système de murailles défensives, l’ont placé dans un lieu inévitable pour n’importe quelle route commerciale et pour l’exploitation des importantes ressources maritimes de la région.
Comme le montrent les fresques peintes et certains bas-reliefs, Tulum semble avoir été un site majeur dédié au culte du Dieu Plongeur.

À partir de 1250 (époque postclassique tardive), Tulum va occuper un statut civique, administratif, religieux et résidentiel, qui convertit la cité en un point stratégique du commerce péninsulaire jusqu'à la conquête espagnole.

La cité était encore habitée par les populations mayas lors de l'arrivée des conquistadors espagnols, mais elle fut abandonnée au cours du XVIe siècle. Jusqu'au début du XXe siècle, certains villageois des environs avaient l'habitude d'apporter des offrandes à Tulum, mais les visites continues des touristes provoquèrent la fin de cette pratique.

Histoire du site
Cette cité maya a été identifiée comme ayant eu pour nom originel Zamá, ce qui signifie « demain ». L'archéologue Samuel Kirkland Lothrop l'a surnommée en 1922 « la cité de l'aube ». Le nom viendrait du fait que la cité était à la fois associée à l'Est, qui, dans la symbolique maya, représente la renaissance, et le solstice d'hiver. Tulum est aussi un mot maya signifiant barrière ou clôture, ce qui se comprend aisément puisque la cité est entourée d’épaisses murailles protectrices.

Le premier à identifier la cité fut Juan Diaz, en 1518, qui appartenait à l’expédition de Juan de Grijalva. Il la décrivit comme une cité riche et magnifique à l’image de Séville en Espagne1. À la fin du XVIe siècle, les références coloniales sur Tulum se perdirent, et le site tomba dans l'abandon. Mais en 1841, les célèbres explorateurs John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood la redécouvrirent, et publièrent en 1843 leurs récits « Incidents of Travel in Yucatan », récits et illustrations de la cité ensevelie sous la jungle qui suscitèrent l'intérêt d'explorateurs et d'archéologues de différents pays. En 1844, Catherwood publie « Views of Ancient Monuments Central America, Chiapas and Yucatan », qui contient des lithographies de Tulum dessinées dans les ruines en 1841 à l'aide d'une camera lucida.

John Berhisel, un Mormon, lut le livre de Stephens, et identifia Tulum comme la ville de la Désolation de la pensée mormone. Plusieurs expéditions mormones eurent lieu lors du siècle suivant afin de trouver cette ville.

Le 15 octobre 1850 a commencé le Culto de la Cruz Parlante, culte de la croix parlante, lorsque José Maria Barrera, aidé du ventriloque maya Felipe Carrillo Puerto, a fait parler une croix en bois afin de galvaniser les rebelles mayas contre l'occupant espagnol. À Tulum, la prêtresse de ce culte était Maria Uicab. En 1870, Uicab parvient à transformer Tulum en centre d'opération du culte, supplantant ainsi Chan Santa Cruz. Lorsqu'un missionnaire espagnol arrive à Tulum pour la contrôler, elle ordonne sa mort, que sa chair soit retirée de ses os et qu'ils soient coulés dans le ciment. Ric Hajovsky affirme avoir vu ces os lors des fouilles réalisées dans les années 1970, squelette qui a depuis été retiré.

En 1974 et 1975, le Centre Régional du Sud-Est de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) a commissionné un groupe d'archéologues et de restaurateurs afin d'effectuer des travaux spécialisés dans le périmètre de la muraille et dans les zones environnantes : levée topographique et consolidations.
De nos jours, des milliers de touristes viennent quotidiennement visiter les ruines dans le cadre d’excursions organisées par les hôtels et voyagistes de la région. Tulum est le 3e site archéologique du Mexique en nombre de visites après Teotihuacan et Chichen Itza et juste devant Monte Albán.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top