Ancienne Cité Maya de Tikal

(IVe siècle av. J.-C) Le cœur de Tikal présente une concentration de structures remarquables. Il existe des milliers d'anciennes structures à Tikal et seule une fraction d'entre elles ont été fouillées.

Tikal (ou Tik’al selon l’orthographe maya moderne) est l'un des plus grands sites archéologiques et centres urbains de la civilisation maya précolombienne. Elle est située dans la région archéologique du bassin du Petén dans ce qui constitue maintenant le nord du Guatemala. Situé dans le département du Petén, le site fait partie du Parc National de Tikal du Guatemala, créé le 26 mai 1955. En 1979, il a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Tikal était la capitale d'un État conquérant qui fut l'un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas. Bien que l'architecture monumentale du site remonte jusqu’au IVe siècle av. J.-C., Tikal n’atteignit son apogée qu’au cours de la période classique entre 200 et 900 de notre ère. À cette époque, la ville dominait politiquement, économiquement et militairement, une grande partie de la région maya, tout en interagissant avec d’autres régions de toute la Mésoamérique comme la grande métropole de Teotihuacan, dans la lointaine vallée de Mexico, et il est prouvé que Tikal fut conquise par Teotihuacan au IVe siècle de notre ère. Après la fin de la période classique tardive, aucun nouveau monument important n’a été construit à Tikal et les palais de l'élite ont été brûlés.
Ces événements se sont déroulés parallèlement au déclin démographique progressif, culminant avec l'abandon du site à la fin du Xe siècle.

Tikal est l’une des mieux connues des grandes cités mayas des basses terres, grâce à la transcription d’une longue liste de rois, dont pour la plupart on a découvert les tombes, ainsi que leurs sculptures monumentales, leurs temples et leurs palais.

Les grandes villes modernes les plus proches sont Flores et Santa Elena, à 64 km environ au sud-ouest par la route. Tikal est à environ 303 km au nord de la ville de Guatemala. Elle est à 19 km au sud de la ville maya actuelle de Uaxactun et à 30 km au nord-ouest de Yaxha. La ville était située à 100 km au sud-est de sa grande rivale de la période classique, Calakmul et à 85 km au nord-ouest d’une cité alliée de Calakmul, Caracol, située dans ce qui est actuellement le Belize.

La ville a été complètement cartographiée et on sait qu’elle couvrait une superficie de plus de 16 km²et rassemblait environ 3 000 structures. Sur le plan topographique, le site est composé d'une série de crêtes calcaires parallèles s'élevant au-dessus des basses terres marécageuses. Les principaux monuments du site sont regroupés sur les zones de terrain les plus élevées et reliées par des chaussées surélevées franchissant des marais. La zone entourant Tikal constitue le Parc National de Tikal et la zone protégée couvre 570 km².

Les ruines se trouvent dans les forêts tropicales du nord du Guatemala qui ont constitué le berceau de la civilisation maya des basses terres. La ville elle-même était située sur des sols riches et fertiles et contrôlait sans doute une route commerciale naturelle, orientée est-ouest et traversant toute la péninsule du Yucatán. Parmi les arbres les plus remarquables du parc de Tikal, citons le gigantesque Kapok (Ceiba pentandra), l'arbre sacré des Mayas, le cèdre tropical Cedrela (Cedrela odorata) et l’Acajou du Honduras (Swietenia macrophylla). En ce qui concerne la faune, on peut y voir régulièrement l’agouti commun, le coati à nez blanc, le renard gris, l’atèle de Geoffroy, le singe hurleur, l’aigle forestier, le faucon, le dindon ocellé, divers pénélopinés, toucans, perroquets verts, ainsi que les fourmis champignonistes. Les jaguars, les jaguarondis et les pumas se déplacent également dans le parc. Pendant des siècles, cette ville a été entièrement recouverte par la jungle. Les précipitations moyennes annuelles à Tikal atteignent 1 945 mm.

Bien qu’étant l’une des plus grandes villes de la civilisation maya classique, Tikal n’avait pas d'autre ressource en eau que les réserves qui provenaient de la pluie recueillie et stockée dans dix réservoirs. Les archéologues travaillant à Tikal au cours du XXe siècle ont rénové un de ces anciens réservoirs pour y stocker l'eau destinée à leur propre usage. L'absence de source, de rivière, de lac dans les environs immédiats de Tikal met en lumière un fait prodigieux : la construction d’une grande ville uniquement avec l’eau provenant des précipitations saisonnières stockées. Tikal a prospéré avec des techniques d’agriculture intensive qui étaient bien plus avancées que les méthodes de culture sur brûlis, théorisées à l’origine par les archéologues. Le recours aux précipitations saisonnières rendait Tikal vulnérable à la sécheresse prolongée qui pourrait selon certains avoir joué un rôle dans l'effondrement de la civilisation maya classique.

Le Parc National de Tikal couvre une superficie de 576 km². Il a été créé le 26 mai 1955 sous les auspices de l’Instituto de Antropología e Historia et a été la première zone protégée du Guatemala.
L'emplacement GPS de Tikal est le suivant : Latitude : 17 ° 13 '0 Nord Longitude : 89 ° 37' 60 Ouest.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top