Hattusa la capitale Hittite

Hattusa succéda comme capitale des Hittites à Nesha (Kanesh) sous le règne de Labarna II qui prit le nom de Hattusili Ier pour marquer l'événement, vers 1650 av. J.-C.. Classé au patrimoine mondial.

Hattusa (ou Hattousa ou Hattusha, ancien nom Hattush), aujourd'hui située à proximité du village de Boğazkale (anciennement Boğazköy), est un site archéologique situé dans la province de Çorum, en Turquie. Il fait l'objet d'un classement au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1986.

C'était la capitale du royaume hittite, située en Anatolie centrale, dans une région montagneuse, près d'une boucle du fleuve Kızılırmak. Elle succéda comme capitale des Hittites à Nesha (Kanesh) sous le règne de Labarna II qui prit le nom de Hattusili Ier pour marquer l'événement, vers 1650 av. J.-C.
Elle connut des périodes fastes et d'autres plus difficiles au cours de son histoire, perdant quelque temps son rôle de capitale, avant de connaître son apogée au XIIIe siècle sous l'impulsion du roi Hattusili III et de son fils Tudhaliya IV, qui y entreprirent un important programme de constructions.
Pourtant, son abandon et la fin du royaume hittite survinrent à peine quelques années après, au tout début du XIIe siècle.

En tant que capitale d'un des plus puissants royaumes du Proche-Orient du IIe millénaire, elle dispose d'un ensemble important de monuments mis au jour depuis plus d'un siècle par des équipes d'archéologues allemands. Les principaux lieux de fouille de ce vaste site de plus de 160 hectares sont la citadelle de Büyükkale, la zone du Grand Temple de la Ville basse, la zone des temples de la Ville haute, ainsi que les restes de l'impressionnante muraille qui protégeait la ville, au sud du site, autour de la colline de Yerkapı. Hattusa avait non seulement une fonction politique de capitale, mais c'était aussi un centre religieux de premier ordre dans le royaume, notamment durant ses dernières années, ainsi qu'un centre culturel majeur.

Grâce aux plus de 30 000 tablettes cunéiformes qui y ont été exhumées continuellement depuis le début des fouilles, Hattusa est le site par lequel nous viennent la majeure partie de nos connaissances sur la civilisation hittite, ainsi que d'importantes connaissances sur la situation internationale dans tout le Moyen-Orient du fait de l'importance politique du royaume à son apogée. Ces tablettes, inscrites en cunéiforme, sont rédigées dans plusieurs langues, témoignant des différents héritages qui se mêlent dans le royaume hittite : hittite, akkadien (langue de Mésopotamie), hourrite, mais aussi des langues d'autres peuples d'Anatolie comme le hatti, le louvite et le palaïte. Les textes sont de nature très variée : diplomatique, administrative, religieuse, technique, juridique, etc. On a également retrouvé sur le site des inscriptions en hiéroglyphes hittites (en réalité en langue louvite), datant des dernières années de la capitale hittite.

Le site de Boğazkale ne fut pas abandonné après la chute du royaume hittite, puisqu'il fut régulièrement occupé durant les siècles suivants, jusqu'au village actuel qui le borde. Mais jamais aucun de ces établissements n'approcha le rayonnement de la ville hittite.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top