La civilisation étrusque

Le monde étrusque est une ancienne civilisation qui s'est développée dans le nord de la botte italienne pendant l'Antiquité à partir du Xème siècle av. J.-C. avant l'ascension du monde romain.

Les Étrusques sont un peuple qui a vécu dans le centre de la péninsule italienne depuis la fin de l'âge du bronze jusqu'à la fin de l'âge du fer et dont les Romains ont hérité une part importante de leur culture. Dans un premier temps connus des Grecs sous le nom de Tyrrhéniens ou Tyrsènesh, ils sont ensuite connus des Romains sous les noms de « Etrusci » ou « Tusci ».

L'origine des Étrusques a fait l'objet de débats animés depuis la Renaissance entre partisans d'une thèse autochtone et ceux d'une origine orientale. Un relatif consensus s'est établi : suivant en cela Massimo Pallottino, la majorité des étruscologues considère que l'autochtonie est compatible avec des apports orientaux divers et qu'il serait vain de poursuivre un débat que seules quelques études génétiques ont relancé récemment. Si l'écriture étrusque, empruntée aux Grecs, se lit sans problèmes, la langue qu'elle véhicule est non-indo-européenne et sa connaissance reste, pour de nombreuses raisons, fort lacunaire.

L'histoire de cette civilisation antique s'étend sur un millénaire. La culture villanovienne, du début Xe à la fin du VIIIe siècle, est attestée par l'archéologie mais les textes historiques la concernant font défaut. Elle est suivie par l'ascension d'une série de cités prospères entretenant des échanges culturels et commerciaux avec les Phéniciens, les Carthaginois et les Grecs d'Italie méridionale ainsi qu'avec le modeste royaume de Rome, gouverné un moment par des rois étrusques. La puissance étrusque décline avec les invasions des Celtes et des Samnites et la conquête progressive de l'Étrurie par la République romaine. En 17 av. J.-C., l'ensemble du territoire étrusque, devenu la Regio VII, est incorporé dans le découpage administratif de l'Italie romaine.

La puissance militaire des Étrusques se manifeste notamment sous la forme d'importantes forces navales et d'une infanterie composée de guerriers ayant adopté un armement hoplitique et la formation d'unité en phalange grecs. Les cités, bénéficiant d'une architecture de pointe, possèdent pour la plupart de solides enceintes et des positions géostratégiques de castramétation.

Le territoire originel des Étrusques, l'Étrurie, correspond approximativement à l'actuelle Toscane, au tiers nord du Latium et au nord-ouest de l'Ombrie. À leur apogée, au cours de la période dite archaïque, leur emprise s'étend de la plaine du Pô à la Campanie. Les cités étrusques forment à l'origine une confédération de 12 villes, la dodécapole, à laquelle se seraient ajoutées par la suite deux autres confédérations : la dodécapole padane, au nord, et la dodécapole campanienne, ainsi que plusieurs colonies ou comptoirs en Ligurie, en Gaule cisalpine et en Corse. Chacune de ces cités est dirigée par un « zilath », l'équivalent d'un roi.

Les terres étrusques, riches en minerais métallifères et bénéficiant de conditions naturelles favorables aux cultures, permettent de développer une industrie et une agriculture florissantes. Leurs produits sont exportés dans l'ensemble des territoires italiques, mais également vers les marchés celtes, phéniciens, carthaginois et italo-grecs.

La société du peuple étrusque est de type hiérarchique et oligarchique, comprenant des hommes libres et des esclaves. Au cœur de cette société, la femme étrusque est largement mise en valeur : elle semble avoir joui de droits en tout point égaux à ceux de l'homme. Globalement, les auteurs grecs et romains assimilent le mode de vie étrusque à une culture marquée de langueur et de plaisirs : il s'agit, selon ces auteurs, de la truphè.

Les Étrusques, en intégrant les apports des Grecs, des Phéniciens et des Égyptiens, ont développé un art particulièrement riche et des disciplines intellectuelles comme la médecine, l'urbanisme et la divination (etrusca disciplina).

Quoiqu'absorbée et assimilée au cœur de l'Empire romain au début du Ier millénaire ap. J.-C., la culture issue de l'ancien peuple toscan n'en demeure pas moins présente. L'apport des Étrusques aux Romains est significatif et substantiel.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)

Back to top